Saint-Claude 12° C
samedi 02 mars

La nouvelle unité de Dialyse

15h48 - 24 janvier 2024 - par L'Hebdo du Haut-Jura
La nouvelle unité de Dialyse
Le Dr Guy et les infirmières de l'époque, Françoise, Annie, Claudine et Pascale. - © Dominique Piazzolla

"Le maintien de ce service a été possible uniquement en raison de l'engagement sans faille de l'équipe soignante, en particulier des infirmières" relèvera le Dr Guy.

Attendue depuis trois ans, la nouvelle unité de Dialyse a été inaugurée le mercredi 17 janvier au Centre Hospitalier Louis Jaillon à Saint-Claude, en présence de nombreuses personnalités dont M. le préfet du Jura, Serge Castel, accompagné de Sophie Deknuydt, sous-préfète de Saint-Claude, de M. Guillaume Ducolomb, directeur des hôpitaux du Jura, de Mme Ghislaine Wanwanscapel, directrice de la délégation départementale du Jura, Frédéric Poncet, conseiller régional BFC et président du conseil de surveillance, les docteurs Omar Dahmani, Omar Mazouz, Giovanni Barletta ainsi que Jean-Louis Millet, maire de St-Claude, Francis Lahaut, délégué communautaire, ancien maire de St-Claude, Isabelle Heurtier, présidente de Haut-Jura Saint-Claude, Jean-François Demarchi, vice-président délégué à la santé, Yann Bondier-Moret, maire de Longchaumois, Maryvonne Cretin-Maitenaz, conseillère départementale, le Dr Jean-Paul Guy, néphrologue dès la première heure lors de l'ouverture du premier service de dialyse le 21 novembre 1974 à Saint-Claude, le Dr Didier Fabre, Jeannette Grondin, représentante des usagers. Etait également présent, Pascal Chapelon, représentant du cabinet d'architecture RIVAS à l'initiative du projet ainsi que le personnel hospitalier des différents services.

Cette nouvelle unité, lumineuse et spacieuse, passant de 200m2 à 500m2 permettra d'accueillir dès lundi 22 janvier, 12 postes contre 8 actuellement dans l'ancienne unité.

L'unité de dialyse de Saint-Claude a une grande renommée régionale, au-delà du département qui a accueilli près de 5000 patients en 2023.

Pendant la visite des lieux dirigée par le directeur, M. Ducolomb et les Dr Dahmani et Mazouz, les invités ont pu découvrir l'attention particulière portée au confort des patients, mais également des soignants. Que ce soit, zone de soins, box d'isolement, salle d'entraînement à l'auto-dialyse, mais aussi vestiaires, salle de pause et restauration

"Le maintien de ce service n'a été possible qu'uniquement en raison de l'engagement sans faille de l'équipe soignante, en particulier les infirmières qui ont fait le choix d'effectuer toute leur carrière dans ce service, assurant par vent et marées, la continuité des soins et la transmission du savoir" soulignait le Dr Jean-Paul Guy. Il n'oubliait pas de citer Melle Tremble qui a été la surveillante de la dialyse au début.

"Nous sommes très honorés de votre présence à l'inauguration de ce centre lourd, mais notre satisfaction ne sera jamais complète tant que l'hôpital ne verra pas son activité se rétablir comme elle était avant " relevait le Dr Dahmani.

Le maire de St-Claude, Jean-Louis Millet rendait hommage à ceux qui étaient à l'origine voici 50 ans, grâce à son fondateur, le Dr Guy, du service qui s'appelait "le rein artificiel". Il remerciait l'équipe municipale de l'époque, sous Louis Jaillon, maire. "J'ai toujours plaisir à des événements positifs. Je souscris aux propos du Dr Dahmani qui veut voir revenir les services qui ont été fermés. Je continuerai à me battre avec ou sans succès pour prêcher la bonne parole dans les ministères " soulignait le maire.

"Le centre dialyse est une très belle réalisation, avant tout pour les patients qui fréquentent ce centre mais aussi un formidable outil aujourd'hui pour le Dr Dahmani et son confrère Mazouz et leur équipe pour délivrer des soins de qualité au goût du jour " relevait Frédéric Poncet, président du conseil de surveillance.

"Notre rôle c'est de trouver des leviers qui font que le Haut-Jura devienne attractif, le logement, les aménagements, les services et l'hôpital en fait partie. Je me dis, si on met autant d'argent c'est qu'il existe une utilité. Mais concrètement, si on investit autant sur la dialyse, centralisant les services de Saint-Claude, avec l'IRM il faut se dire que Saint-Claude est reconfirmé avec l'appui que nous apportons au niveau de l'Etat, de la région, des collectivités, nous devons tous travailler ensemble, moderniser et donner du relief à ce territoire. Je vous remercie pour tout ce que vous faites et que ce centre de dialyse, suivi de l'IRM portera haut et fort les couleurs de l'hôpital de Saint-Claude" mettait en avant le préfet du Jura, Serge Castel.

Témoignage de Yann Bondier-Morel

Lors de l'inauguration de la nouvelle unité de dialyse, Yann Bondier-Morel confiait les différentes étapes de sa vie de dialysé. "Ce ne sont pas que des personnes âgées qui sont dialysées, vous avez des personnes qui sont en activité. Et quand on est dialysé, on ne peut plus travailler. Personnellement j'ai eu cette chance de conserver mon travail, c'est très important pour quelqu'un qui est en maladie chronique. De pouvoir travailler, ne pas dépendre de la société, apporter sa contribution aussi financière. C'est très important de pouvoir tolérer ces traitements, ce sont de traitements lourds avec trois fois 5 heures par semaine. J'ai été accompagné d'une façon merveilleuse par l'équipe de Saint-Claude, ça été vraiment un soutien et je remercie toute l'équipe. En tant que maire sur le territoire, c'est vraiment important. L'équipe a pu aussi adapter les séances avec la personne, je ne travaillais pas le lundi, il n'y avait ainsi pas d'impact sur mon travail, je dialysais sinon les mercredis et vendredis en après-midi".

Il ajoutait "Au-delà de mon parcours, je voulais faire passer un message, nous avons des équipes qui sont en lien avec le patient et quand vous avez quelqu'un dans les services, que vous voyez 3 à 4 fois par semaine, pendant de longues heures, cela crée des liens très étroits. J'ai eu la chance d'être greffé, ce sont des liens et une adaptation au patient qui sont primordiaux. La proximité et le fait que ce soit une équipe qui nous connaisse parfaitement, qui elle-même est du territoire, jouent un rôle majeur pour le patient".

IRM et Scanner

Le chantier d'agrandissement du plateau d'imagerie va commencer au printemps. Ce projet sera financé en partie dans le cadre du Ségur de la santé, à hauteur de 7,8 millions d'euros. Le coût opérationnel du chantier du nouveau service de dialyse s'élève à 1,3 million d'euros.

Dominique Piazzolla

0 commentaires
Envoyer un commentaire