Saint-Claude 17° C
vendredi 24 mai

Molinges, une plantation de mélèzes par des élèves de CM1-CM2

14h15 - 19 mars 2023 - par L'Hebdo du Haut-Jura
Molinges, une plantation de mélèzes
par des élèves de CM1-CM2
- © Dominique Piazzolla

Vendredi 10 mars avait lieu à proximité de l'école de Molinges, en présence des écoliers des classes de CM1-CM2, du maire, Jean-François Demarchi accompagné de plusieurs conseillers, de Steven Bret, responsable de l'unité territoriale ONF du Haut-Jura, de Jean-Luc Dupraz, technicien ONF et de Robert Perrin, ancien directeur de recherches à l'INRA, spécialiste de la symbiose entre arbres et champignons, avait lieu une plantation de 4 arbres Mélèzes tout proche de l'école plantés par quatre écoliers, Lola, Léonie, Fabio et Raphaël.

Mais avant de passer à la plantation, les élèves réunis en classe ont posé beaucoup de questions à M. Robert Perrin et à Jean-Luc Depraz. A la naissance de l'arbre, ce sont les pépiniéristes qui font le début du travail, puis une fois que l'arbre est assez grand, il est confié à un technicien forestier qui va le planter selon un terrain qui lui est désigné et qui lui conviendra.

Les enfants sont curieux, interrogent. " Pourquoi la forêt a diminué ? Pour les constructions, le chauffage, l'industrie. Pourquoi les arbres meurent ? Les arbres souffrent de la sécheresse, ils peuvent être attaqués par des virus et des bactéries ". Au moment de la plantation, quatre trous ont été préparés par MM. Jean-Luc Dupraz et Steven Bret de l'Office National des Forêts. Mais avant de planter les 4 mélèzes, Robert Perrin, ancien directeur de recherche à l'INRA, donnait des explications aux écoliers sur les jeunes plans de mélèzes associés à un champignon qui favorisera ses chances de se développer et être plus résistant.

L'épicéa n'a plus d'avenir dans le Haut-Jura

Dû au changement climatique, à la sécheresse à l'attaque de parasite etc, il a fallu une alternative à cet important problème. 100 mélèzes ont été plantés sur une parcelle de Chassal-Molinges, avec une particularité, ces plants sont mycorhizés, associés à un champignon qui favorise ses chances de se développer, dans une prouesse technique et scientifique.  Robert Perrin le précisait, comme nous avons reçu une bonne écoute de la part des élus, nous avons pu planter ces 100 mélèzes ici. Ce type d'expérimentation est unique en Franche-Comté.

Echanges sur l'avenir de l'épicéa

" C'est un vrai sujet entre nous élus, en partenariat avec l'O.N.F. Cette sensibilité on l'a de plus en plus au regard de ce que l'on vit, ainsi les événements de sécheresse, les coups de vent avec des tombées d'arbres. Et comment on exploite cette forêt maintenant et quel avenir lui donner pour les générations futures " soulignait le maire de Molinges.

"L'action que nous menons aujourd'hui consiste en reforestation mais en mettant tous les éléments techniques et scientifiques les plus avancés de notre côté. L'arbre que nous allons planter aura un avenir plus important que d'autres " indiquait M. Robert Perrin, ancien de l'INRA.

Pour Jean-Luc Depraz (ONF), la forêt n'est pas menacée. " Maintenant nous essayons de prévoir la production de bois d'œuvre, aujourd'hui comme probablement demain, nous aurons besoin du matériau bois. La forêt n'est pas menacée mais certaines essences utilisées sont menacées. Un essai avait été fait dans la vallée de la Bienne, il y a 30 ans. L'idée de base était de ramener des essences sud-méditerranéennes et les planter ici".

Steven Bret (ONF) "Le socle de la prise en compte du réchauffement climatique, c'est la diversification. Plus on a de variétés d'arbres différents au même endroit, plus on augmente les chances que la forêt soit résiliente en fonction des aléas".

Philippe Martini, bûcheron s'adressait au maire et aux conseillers " Qu'est-ce qu'il convient de faire avec les cerfs qui mangent les arbres" ? Jean-Luc Depraz répondait " C'est vrai qu'au bout de 10 ans tout est croqué, il n'y a rien qui sort c'est embêtant pour l'avenir de la forêt, pour les finances communales, ce n'est pas valorisant pour le travail de tout le monde, c'est un vrai problème ".

0 commentaires
Envoyer un commentaire